Cannes : monobrin ou multi-brins ?

Cannes : monobrin ou multi-brins ?

  • Post last modified:10 avril 2020
  • Post published:12 septembre 2018
  • Post category:Matériel
  • Post comments:0 commentaire

Au cours des 15 dernières années les cannes ont beaucoup évolué : qualité du carbone, nouveaux procédés de fabrication, optimisation des anneaux, design, etc… Le nombre de marques sur le marché et l’exigence du pêcheur en termes de matériel a donc forcé les fabricants à innover.
Avec le développement de la pêche en finesse et de la pêche dans des fonds toujours plus importants, on a vu arriver sur le marché des cannes monobrin qui nous promettaient sensibilité, résonance et fiabilité hors-normes. Qu’en est-il vraiment, les cannes multibrins sont elles totalement dépassée ?

Les cannes monobrin

Popularisées il y a une dizaine d’années, les cannes monobrins ont rapidement conquis le marché grâce à une sensibilité annoncée comme exceptionnelle. La canne monobrin est comme son nom l’indique, réalisée à partir d’une tige en carbone d’un seul tenant, sans emmanchement. Son encombrement étant alors égal à sa longueur ! L’absence d’emmanchement implique une fiabilité accrue, une absence de point dur dans l’action et une meilleure transmission des vibrations. On peut aussi noter un léger gain de poids du à l’absence de matière supplémentaire au niveau de l’emmanchement.

Les cannes multi-brins

Généralement divisée en deux, elle peut l’être en trois pour les cannes de grande taille voire en quatre ou cinq éléments pour les cannes compactes type voyage. Le raccordement des éléments de la canne se fait au niveau de l’emmanchement. Sur les cannes en plusieurs brins on retrouve trois grandes familles d’emmanchement : le droit, l’inversé et le spigot.

Emmanchement droit

Cet emmanchement est un des plus anciens mais également un des moins performants à cause des contraintes qu’il occasionne. En effet, cet emmanchement est basé sur un scion mâle qui vient s’insérer dans un talon femelle de diamètre supérieur. Ce type d’emmanchement est encore fréquemment utilisé sur les cannes de surf-casting mais à ma connaissance, ce procédé n’est plus utilisé sur les cannes à leurre récentes.

Emmanchement de type "droit"
Emmanchement de type “droit”

Emmanchement inversé

Ce type d’emmanchement est une évolution du précédent et a permis l’amélioration des actions des cannes à pêche grâce à l’introduction d’éléments de cannes plus coniques. Sur cet emmanchement, c’est le haut du talon qui s’insère dans le bas du scion, les deux ayant une conicité identique pour permettre une stabilité du raccord. C’est l’emmanchement que l’on retrouve généralement sur l’entrée de gamme.

Emmanchement de type "inversé"
Emmanchement de type “inversé”

Emmanchement spigot

Le spigot est le raccord le plus fréquemment rencontré sur les cannes actuelles. Il se compose d’un manchon en carbone, scellé dans la partie haute à l’intérieur du talon. Le morceau de quelques centimètres qui dépasse du talon agit comme un emmanchement inversé. Le gros avantage de ce type d’emmanchement est de proposer une continuité dans la conicité de la canne, du talon au scion et donc de contrôler l’action qui en découle. Il est normal de trouver un espace entre les deux brins une fois la canne emmanchée (en vert sur le schéma ci-dessous), il s’agit d’une marge de sécurité pour anticiper l’usure du spigot.

Emmanchement de type "spigot"
Emmanchement de type “spigot”

Quelles réelles différences ?

Sur le papier il est indéniable que la canne monobrin est meilleure, pour tous les avantages cités au début de l’article mais concrètement le marketing à aussi son mot à dire. Demandez à n’importe quel pêcheur ayant une monobrin ce qu’il en pense, il vous dira certainement qu’il en est content, que son vendeur lui à dit qu’elle est si sensible qu’il pourrait sentir une mouche se poser dessus mais surtout qu’elle est encombrante.

Qui dit canne encombrante, dit canne fragile !

Les cannes monobrins ont beau être plus fiables que les cannes à emmanchement, vous avez beaucoup, beaucoup plus de chances de casser une monobrin à cause de son encombrement que de casser un emmanchement. Je ne compte plus le nombre d’histoires que j’ai entendu au sujet de monobrins cassées dans les portières ou par le hayon de la voiture.

Concernant la sensibilité, c’est un sujet délicat car pour pouvoir comparer deux cannes il faudrait qu’elles soient identiques, la seule différence étant l’emmanchement. De plus, il faudrait que ce test soit effectué en action de pêche parce que la sensibilité ne se teste pas en deux minutes en magasin! Rares sont les pêcheurs pouvant effectuer ce genre d’opération.
En tout cas, si un emmanchement est de bonne qualité, la perte dans la transmission des données est à mon avis trop faible pour être réellement perceptible par le pêcheur.

Avantage indéniable aux deux-brins, l’encombrement réduit est un gage de sécurité lors du rangement du matériel, la canne pouvant facilement se glisser sans risques dans la voiture voir accrochée à un sac à dos. Mais une canne de faible encombrement est surtout une canne que l’on emporte beaucoup plus facilement en balade, ce qui nous permet de pêcher plus souvent !

L’emmanchement au tiers, le meilleur compromis

Les monobrins sont trop contraignantes pour être pleinement satisfaisantes et les multibrins ont des lacunes sur certains points, il existe une solution qui prend le meilleur des deux l’emmanchement 1/3-2/3. Pour résumer, il s’agit d’une canne en deux brins inégaux, le talon représentant un tiers de la canne et le scion les deux tiers restants, le tout relié par un spigot de qualité. L’action des cannes à leurres étant la plupart du temps située sur le scion, situer l’emmanchement au deuxième tiers en partant de la pointe permet de conserver une action pure et de ne pas créer de point dur dans cette partie.

Il faut garder à l’esprit que la qualité de l’action et du carbone sont essentiels. On ne fait pas d’un âne un cheval de course.

Après avoir essayé de nombreuses cannes, monobrins, multibrins, qu’elles soient fabriquée ou issues du rodbuilding, en passant par les différents types d’emmanchements, c’est ce type de cannes qui selon moi propose le meilleur compromis fiabilité/performance.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.