10 questions fréquentes à la pêche en mer

 

Un leurre très réaliste est-il meilleur ?

NON mais ça dépend.

La grande majorité des leurres présents sur le marché ne sont pas très réalistes par leur forme, il faut le reconnaitre. Certains ne ressemblent même à rien de vivant, que ce soit sous l’eau ou sur terre. Pourtant, ces leurres peuvent avoir d’excellents résultats. L’étude de leur forme peut cependant donner une nage ou une vibration particulièrement réaliste une fois en action. Le seul moment où un leurre réaliste pourrait être meilleur serait dans une eau très claire, sur des animations lentes, où le poisson a le temps d’observer le piège. Dans les chasses, le réalisme du leurre à souvent son importance, les poissons étant parfois bornés sur une taille et un type de proies, ils ne prendront pas sur autre chose. Il ne faut cependant pas oublier que le poisson n’attaque pas uniquement pour manger mais aussi par agressivité ou énervement. Dans ce cas, un leurre à la forme atypique et aux couleurs criardes pourrait très bien faire attaquer un poisson dans une eau claire. En résumé, il y aura des jours ou un leurre réaliste pourra faire la différence mais la majorité du temps, un leurre qui ne l’est pas vous apportera de très bons résultats.

Sardine recrachée par un bar et le leurre qui a permis de le prendre
Sardine recrachée par un bar et le leurre qui a permis de le prendre

 

Peut-on ramener un poisson plus gros que la résistance du fil ?

OUI bien sur !

La résistance du fil, exprimée en kilos le plus souvent, correspond en aucun cas au poids maximum du poisson qu’il est possible de prendre avec ce fil. Cette résistance annoncée par le fabriquant correspond à la traction maximale que le fil peut supporter. Autrement dit, si un fil est annoncé pour 5kg, on pourra soulever un poids légèrement d’environ 4.5kg sans qu’il ne casse. En action de pêche, la souplesse de la canne et le frein du moulinet jouent tous les deux un rôle d’amortisseur, ce qui permet de limiter la tension du fil. On comprend ici tout l’intérêt d’un frein bien réglé puisque c’est lui qui empêchera d’atteindre la limite tolérée par le fil et donc de remonter des poissons plus gros que la résistance annoncée.

 

On ne pêche qu’a la montante ?

NON et heureusement !

Il existe une croyance populaire qui dit qu’on ne prend du poisson qu’a la montante. Peut-être du fait que le poisson viendrait au bord avec la montante et retournerait au large à la descendante. C’est vrai dans certains coins mais quoi qu’il en soit on peut prendre autant de poisson à la descendante qu’a la montante. Tout est question d’endroit. Certains secteur seront meilleurs à la descendante, d’autres à la montante et même certains à l’étale !

Pour plus de renseignement sur cette question, je vous invite à lire cet article : Pêcher à marée montante ou à marée descendante ?

 

Le nylon transparent est-il invisible ?

NON

Les poissons ont une bonne vue c’est indéniable. A partir du moment où vous pêchez dans une eau relativement claire, le poisson pourra voir le fil même si celui ci n’a aucune teinte. La seule subtilité est que le poisson ne sait pas ce que représente un fil de pêche sous l’eau, la vue de ce fil contribue donc à le rendre méfiant. Le constat est le même pour le fluorocarbone mais de façon moins importante puisqu’il est moins visible que le nylon mais en aucun cas invisible. Utiliser des diamètres fins et en fluorocarbone est donc le meilleur choix possible pour rendre les montage discrets.

 

Les plus gros poissons sont-ils au large ?

OUI et NON

Tout dépend des espèces ciblées. Pour le bar, la dorade royale, la vieille et le maquereau par exemple, on pourra trouver de gros spécimens proche du bord comme au large. Concernant le bar, il n’y a qu’a voir le nombre de poissons records qui rodent dans les zones portuaires ou dans les fonds d’estuaires pour s’en convaincre, nul besoin d’aller au large pour prendre un gros poisson. Néanmoins, pour certaines espèces, la taille augmente avec la profondeur, c’est le cas du lieu ou du pagre pour ne citer qu’eux. Généralement, plus les prises sont profondes, plus on aura affaire à de grosses prises et bien souvent, profondeur est synonyme de pêche au large.

Gros lieu pris au large en kayak
Gros lieu pris au large en kayak

 

Les poissons nous entendent-ils ?

OUI

Les poissons ont beau ne pas avoir d’oreilles, ils entendent très bien les sons d’autant plus qu’ils se propagent bien mieux sous l’eau que dans l’air. Les personnes ayant déjà plongé pourront vous témoigner à quel point le bruit d’un bateau porte sous l’eau… Un bateau est également une formidable caisse de résonance qui transmettra dans problème les vibrations à l’élément aquatique. Les leurres qui tombent, les portes qui claquent, les personnes à bord qui parlent fort, tous ces paramètres sont à prendre en compte. A la pêche, le silence est de rigueur pour ne pas éveiller la méfiance des poissons.

 

Les poissons dorment-ils la nuit ?

NON

Cette question n’est pas seulement valable pour la mer mais pour les poissons en général. Les poissons dorment, ou plutôt sont inactifs, à certaines périodes de la journée mais pas spécialement la nuit. Il est question encore une fois d’espèces, certaines étant diurnes, d’autres nocturnes et d’autres un peu des deux. Le bar et la dorade royale par exemple sont des espèces qui mordent aussi bien la nuit que le jour. Du bord, les lieus mordent plus facilement une fois la nuit tombée tout comme les congres alors qu’à l’inverse, les vieilles cesseront toute activité.

La nuit, les bars sont très actifs sur les bordures
La nuit, les bars sont très actifs sur les bordures

 

Faut-il absolument utiliser des leurres phosphorescents la nuit ?

NON

La nuit, même si les poissons ont une meilleure vision que nous, ils se servent de l’odorat et des vibrations pour localiser la nourriture ou les proies. Par conséquent, il n’est pas nécessaire d’utiliser des leurres phosphorescents pour avoir des résultats. Pour ma part, les résultats avec cette couleur n’ont pas été meilleurs que les autres. Les autres témoignages que j’ai pu avoir avec d’autres pêcheurs allaient également dans ce sens. Par contre, utiliser un leurre vibrant, du type shad, dans les eaux un peu agitées leur permet d’attaquer plus facilement le leurre. Dans les eaux calmes, ils n’auront aucun mal à localiser un slug manié lentement.

 

Utiliser plus de cannes me fera-t-il prendre plus de poissons ?

NON pas forcément

Cette question est assez subtile et dépend surtout du type de pêche pratiqué. Dans le cas d’une pêche aux appâts comme en surf-casting, utiliser 3 cannes vous permettra bien évidemment de multiplier vos chances de prises puisque le nombre d’appâts en place est plus élevé. Cependant, si sur des pêches compliquées le nombre de cannes peut être un avantage, dans le cas d’un épisode de touches prononcé, continuer à pêcher avec 3 cannes peut rapidement devenir problématique. Emmêlement des montages, second poisson pris pendant qu’on en remonte un premier, etc… Pour un débutant, il est donc plus raisonnable de commencer avec une seule canne et d’investir par la suite dans un complément de matériel une fois la technique maitrisée.
En pêche au leurre depuis une embarcation (kayak, bateau, float tube), posséder deux ou trois cannes peut être extrêmement confortable en action de pêche. Cela permet par exemple de disposer d’une canne équipée d’un leurre de surface alors que l’on pêche au leurre souple au fond et de pouvoir l’utiliser en quelques secondes. Cela permet également de disposer de cannes aux actions complémentaires et donc de pêcher mieux chaque technique qu’avec une seule canne polyvalente mais pas experte.

Trois cannes pour trois utilisations différentes en kayak
Trois cannes pour trois utilisations différentes en kayak

Autres articles

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.